« Je n’ai jamais autant subi » Jean-Baptiste, Grand Trail du Lac 2020

Après de longs mois sans remettre un dossard, Jean-Baptiste Charlin, licencié au club, s’aligne au départ du 34km de la GTL. Récit de course.

10h : départ du 34km à Chanaz. Direction le Bourget du Lac. Après le trail de Montagnole l’an passé, c’est la deuxième course en Savoie pour Jean-Baptiste et le breton est toujours aussi surpris par la vitesse de la tête de course dans les premiers kilomètres. « Je ne suis pas parvenu à accrocher : le plateau était vraiment très relevé ».

Jean-Baptiste peine à trouver son rythme et à se placer dans le peloton. « J’ai l’habitude des formats plus courts, 15 ou 20km, ou, à l’inverse, des ultras. 34km c’est particulier, il ne faut pas être ni trop rapide ni trop lent…
Sans vraiment de repères Jean-Baptiste s’accroche jusqu’au col du chat et la première fringale. Grosse fringale même : elle ne passe pas. « J’ai déjà fait quelques hypo mais celle-ci était sévère. »

Il se ravitaille et continue de grimper. La montée est raide et Jean-Baptiste regrette de ne pas avoir pris les bâtons. D’autant plus que des crampes apparaissent ! C’est donc dans la douleur que Jean-Baptiste termine son ascension. Heureusement au moment de basculer les crampes disparaissent. « Je ne connaissais pas du tout le parcours, avoue Jean-Bpatiste, j’ai été très surpris par la difficulté de la montée et la technicité de la descente ! Je suis frustré parce que si j’avais été plus lucide j’aurai vraiment pu gagner de nombreuses minutes dans la dernière partie »

Mais avec le champs de vision réduit, la descente se transforme en cauchemar surtout quand, la foulée devenue trop rasante, Jean Baptiste heurte une pierre et fait un vol plané dans les buissons. Sa chute redéclanche les crampes mais Jean-Baptiste est hilare « je n’arrivai pas à me relever, c’était vraiment ridicule » dit-il en rigolant.

Malgré toutes ses péripéties il termine à une excellente 37è place. « Le parcours était exigent mais magnifique. Je suis déçu par ma gestion de course mais cela faisait plaisir de courir à nouveau en compétition. » Prochaine course ? La Sange’run, si la situation sanitaire le permet et que les contractures ont disparues d’ici là !